je confine

je confine, tu finis mes finasseries
tu confines, je finis tes conneries
nous confinons, finissez nos confins
j’ouvre les fenêtres et tu m’enfermes
sans sortir, je te sors et tu m’entres
infiniment sans en finir avec nos fins
et depuis nos débuts, tu me continues 

(un salut à Ghérasim Luca)

Ce poème signé Ritman vers Luca qui a connu des confinements terribles, est écrit en référence à son slogan ontophonique, “s’en sortir sans sortir” cité souvent sur les réseaux sociaux sans qu’on fasse référence à lui ; ce poème résonne également avec un tableau d’Hammershøi, lequel m’a accompagné ici : http://martinritman.blogspot.com/2019/05/de-dos-avec-hammershi.html

Vilhelm Hammershøi, A Room in the Artist’s Home in Strandgade, Copenhagen, with the Artist’s Wife,1902, oil on canvas, 25 × 23 5⁄8″

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.