Sur la table

JOURNALISTE POLITIQUE :

Bien, d’accord, mais alors vous, dans votre parti, qu’est-ce que vous proposez ? parce que quand même, c’est important de que… Qu’est-ce que vous proposez-vous ?

FEMME POLITIQUE :

Eh bien, nous, c’est très simple, très clair, c’est en toute transparence : nous, on sort cent milliards, et on les met sur la table.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Vous mettez cent milliards sur la table ?

FEMME POLITIQUE :

Oui, voilà ce qu’on met sur la table : cent milliards. Nous. Sur la table.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Bon bien, d’accord, mais alors pourquoi vous mettez cent milliards sur la table ? parce qu…

FEMME POLITIQUE :

C’est quand même bien, attendez, oh, cent milliards sur la table, oh, eh (petit rire) …

JOURNALISTE POLITIQUE :

Ah bah oui, non, c’est sûr, cent milliards c’est bien c’est sûr (petit rire), on est d’accord, mais bon quand même alors on a envie de vous demander c’est pourquoi ces cent milliards sur la table ? Hm ?

FEMME POLITIQUE :

Non oui bien sûr attendez, je comprends bien que vous mettez cette question sur la table : pourquoi cent milliards ?

JOURNALISTE POLITIQUE :

Oui ? oui pourquoi dites-nous ?

FEMME POLITIQUE :

Eh bien c’est parce qu’on veut mettre le paquet.

HOMME POLITIQUE :

Ah ah ! Vous voulez donc mettre le paquet ?

FEMME POLITIQUE :

Oui, on veut mettre le paquet. Sur la table.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Donc si vous mettez cent milliards sur la table c’est pour mettre le paquet sur la table ?

FEMME POLITIQUE :

Oui. Et je vais vous dire pourquoi. Parce que chez nous, nous on est en toute transparence.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Oh ben alors dites-nous oui pourquoi vous mettez un paquet de cent milliards sur la table.

FEMME POLITIQUE :

Mais oui, je vais vous le dire. Si vous voulez bien me laisser parler.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Ah mais bien sûr parlez, ici on peut parler, parlez on vous écoute.

FEMME POLITIQUE :

Merci.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Je vous en prie.

FEMME POLITIQUE :

Donc, pourquoi on tient tant que ça à mettre le paquet. C’est parce qu’on veut vraiment mettre tous les dossiers sur la table. Sans tabou. Chez nous il n’y a pas de tabou, tout est tout transparent.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Bon, voilà, là on y voit plus clair : vous voulez mettre le dossier sur la table.

FEMME POLITIQUE :

Tout à fait. C’est transparent.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Vous mettez donc le paquet sur les cent milliards qui sont sur la table parce que vous mettez tous les dossiers sur la table ?

FEMME POLITIQUE :

Non, non (petit rire moqueur), ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je …

JOURNALISTE POLITIQUE :

C’est pas mon genre (petit rire moqueur)

FEMME POLITIQUE :

J’en suis sûre (petit rire moqueur). M’enfin vous me faites dire ce que je n’ai pas dit…

JOURNALISTE POLITIQUE :

C’est pas mon genre (petit rire moqueur)

FEMME POLITIQUE :

Bon d’accord, alors peut-être que j’ai manqué de pédagogie…

HOMME POLITIQUE :

Oh, ça oui, ça, ça vous arrive souvent (grand rire moqueur) de manquer de pédagogie…

FEMME POLITIQUE :

Oh, eh, bon, vous, dites donc, je me souviens que quand vous aviez mis certains dossiers sur la table, quand vous étiez aux manettes, vous aviez VACHEMENT manqué de pédagogie, vous aussi !

HOMME POLITIQUE :

Oh ben ça c’est facile, ça.

FEMME POLITIQUE :

Non. C’est tout transparent. Moi je dis ce que j’ai à dire, sur la table. J’ai pas peur de mettre le paquet.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Bon, attendez, là, on perd de vue la question qu’on a mis sur la table, et qui fait polémique, hein, les Français aimeraient comprendre de quelle transparence on parle quand on la met sur la table.

FEMME POLITIQUE :

Mais je sais ce que je dis. Chez nous on sait ce qu’on dit.

HOMME POLITIQUE :

Chez nous aussi on sait ce qu’on dit, sans tabou, quand on dit quelque chose. Vous le savez mieux que moi.

FEMME POLITIQUE :

Oh ça je sais bien (ricanement), d’ailleurs les Français le savent bien (ricanement).

HOMME POLITIQUE :

Oh laissez donc les Français savoir ce qu’ils veulent savoir ! Nous on est sur le terrain.

FEMME POLITIQUE :

Mais justement ! nous, chez nous, quand je dis qu’on met tous les dossiers sur le paquet au-dessus des cent milliards sur la table, ça veut dire que nous, et au moins on pourra pas dire que c’est pas en toute transparence…

HOMME POLITIQUE :

Permettez (rire grimaçant), alors là…

FEMME POLITIQUE :

Laissez-moi parler !

JOURNALISTE POLITIQUE :

Oui, allez-y, finissez votre parole, ici on s’écoute, chacun son tour. Allez-y.

FEMME POLITIQUE :

Donc, je voulais dire : nous au-dessus de tous ces gros paquets sur la table, eh bien nous, on met toujours avant tout en tête la question des territoires sur la table.

HOMME POLITIQUE :

Vous, vous mettez la question des territoires sur la table ?

FEMME POLITIQUE :

Oui : on a toujours mis le paquet sur le dossier de la question des territoires.

HOMME POLITIQUE :

Laissez-moi rire (rire).

FEMME POLITIQUE :

Riez si ça vous amuse de rire…

HOMME POLITIQUE :

Ça c’est sûr, c’est drôle !…

FEMME POLITIQUE :

Riez si ça vous amuse de rire, mais n’empêche qu’on vous a JAMAIS vu mettre le paquet sur la question du dossier des territoires.

HOMME POLITIQUE :

C’est ça, ouais…

FEMME POLITIQUE :

Alors que nous, on n’arrête pas de le mettre sur la table.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Pardon, là on s’y perd, je sais pas si ceux qui nous écoutent vont comprendre : mettre quoi sur la table ?

FEMME POLITIQUE :

Le paquet.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Bien. Alors, vous, là, qu’est-ce que vous en dites. Vous trouvez pas ça bien qu’ils mettent le paquet sur le dossier des cent milliards de territoires sur la table ? Est-ce qu’on peut pas dire que si vous êtes pas d’accord c’est juste par politique politicienne ? Répondez en toute transparence, on n’a plus beaucoup de temps.

HOMME POLITIQUE :

Pas du tout. Je peux pas vous laisser dire ça.

FEMME POLITIQUE :

Ben allez-y répondez (ricanement), devant les Français (ricanement), en toute transparence (ricanement) !

HOMME POLITIQUE :

Mais si vous me laissez parler moi je vais vous dire ce qu’il faudrait mettre sur la table.

FEMME POLITIQUE :

Ben allez-y : qu’est-ce que vous mettez sur la table ? (ricanement) ça m’intéresse (ricanement).

JOURNALISTE POLITIQUE (Avec grand sérieux) :

Et ça intéresse les Français !

HOMME POLITIQUE :

Eh ben nous, dans l’opposition, on pense tout le contraire. C’est clair. Et c’est ça qu’on mettrait sur la table.

CONSULTANT SPECIALISTE POLITIQUE (Vaguement tragique) :

Je m’en doutais. Fin 2019 je l’avais dit.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Quoi ? Vous aviez dit quoi ?

CONSULTANT SPECIALISTE POLITIQUE :

Que je m’en douterais.

HOMME POLITIQUE :

Je crois pas.

CONSULTANT SPECIALISTE POLITIQUE (Vaguement menaçant) :

Si.

JOURNALISTE POLITIQUE :

Allez, oh !, du calme. D’accord. Bien ! Merci à vous deux, je crois que là ça y est c’est plus clair, on a mieux vu ce que vous mettez sur la table. C’est ça qui compte. (Les yeux mi-clos) À tout de suite ! autour de cette table ! pour mieux décrypter ! les restes ! de l’ACTUALITE !


2 réflexions sur « Sur la table »

  1. J’ai beaucoup ri (c’est tellement tragique…) Merci !
    Bravo c’était réellement savoureux…

    1. Content de t’avoir divertie, Caro, c’est tout ce que vise cette saynète. Et merci d’être allé voir !
      Bise,
      PL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.