Quarante saisons

Oui dis-je tu dis oui

et nous conjuguons tous

les temps à nous

et nous n’arrivons plus à le perdre

nous gagnons

et les saisons

roulent

l’heure

tapis rouge

vers le bien

plus

que

parfait

vers nous

ici

présents

*

En

dis

ant

dix an

nées

nos années

en lisant entre nos

anneaux

sur l’an

nu

laire

entre la peau et l’or

imm

or

tel

je vois battre la date

de nais

sance

de ma vie

ta vie

la vie

notre

vie

*

Enfiévrés

en février –

l’hiver

verse

sa chaleur dans

la neige l’été

frissonnant frotte

ses paumes l’au

tomne en tombe folle

ment dans le vent

du prin

temps amoureux –

toi moi

mariés

*

Dans la ville

nous sommes mariés

dans la campagne dans les blés

nous sommes mariés

dans les lumières les tunnels les ténèbres l’eau vive

nous sommes mariés

dans les matins les soirs

nous sommes mariés

dans le déjà le pas encore la boue et l’or

nous sommes mariés

dans les trouvailles les pas perdus

nous sommes mariés

dans le repos dans les entrées dans les desserts

nous sommes mariés

dans les carreaux les piques les trèfles dans les cœurs

nous sommes mariés

dans les berceaux dans les bobos dans les châteaux les contes de   fées                                                                                                                   

nous sommes mariés

dans les surprises et les étoiles l’intensité des oreillers

nous sommes mariés

*

Cor

saire

ou

ban

dit

ou

prin

ce

(comme

tu préfères)

mon nom

au galop

chaque jour d’hi

ver chaque nuit d’

été chaque ma

tin d’automne chaque

soir de prin

temps enlève en

core et en

core ton nom de

jeune fille

en fleur

*

Février je rêve

mars ventre rond

avril patapon

mai tu naîs renaîs

juin nous avons faim

juillet sur la plante

août je te nage

septembre tu m’enivres

octobre indienne

novembre me destine

décembre nous conte

janvier je te veux

*

Ma chérie mon épousée sais-tu

le creux de tes genoux

l’ombre louve de tes seins

la neige longue de tes mains

sais-tu tes lèvres rouges dont les baisers déroutent

moelleuses mor

sures sais-tu

tes yeux d’o

rages

méditerranéens tes regards île de beauté

ta peau blanche corsée

sais-tu ton allure Rubens

tes hanches Botticelli tes jambes Re

noir le tracé Vermeer des lettres

de ton prénom sur le papier ?

et l’infusion de tes

gestes dans mes quatre saisons ?

*

Si tu chagrines

je crépuscule

du soir

Si tu souris sur mon épaule

je vert pâturage

Si tu pluie d’été

je souffle

coupé

Si tu ronronnes

je patte blanche dans la poudreuse

Si tu enfantes

je songe plein

Si tu descends

je tapis de feuilles

Si tu montes

j’aurore aux doigts de rose

Si tu anguille sous la roche

j’hameçon

Si tu tournes la page

         je reliure

Si tu

         je

*

Vers l’hiver

nos sens rosissent

voire mignards s’affolent

et le long écho de ces é

mois

traverse

en onde nos

sais

on

s

jusqu’à la

chair de poule

de

l’

é

t

é

*

Virginie

voulez-vous

épouser

Pascal

voulez-vous épouser

Virginie

oui oui  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.