Ceci cela

Chercher, chercher, chercher, n’est pas forcément avoir peur.

*

Après des milliards et des milliards d’autres, nous faisons l’amour, et encore une fois nous parvenons à faire unique. Il suffit de laisser glisser la barque sur notre histoire, tresse de la tienne et de la mienne, de mordre nos vies.

*

Chute des cheveux, volcan du crâne ; le temps me coiffe.

*

Pas de larmes pour l’escargot écrasé ? Pas d’ourlets ? Pas de mensonge, de vérité ? Pas de pagaies sur l’embarcation ? Après quel ancien départ, pas de mouchoir secoué ?

*

Un exode : il donne à voir l’immensité d’une foule qui se serre les mains, trépigne, enfonce un peu plus son bonnet, s’ajoute une, deux, trois, quatre écharpes ; la sirène du paquebot tonne, tout tremble, la fumée élève une colonne écrasante, la déploie en cône ; la buée des haleines cherche une vitre, en vain sur ce quai, désert sans sable, mer sans huile : les bateaux sont trop loin.

*

Quand finiront les travaux ? Car pour l’instant le silence se cache tout en haut du ciel, sûrement au-dessus du bleu.

*

J’enviais les oiseaux, quand j’étais petit, je voulais moi aussi être rapetissé pour enfourcher un grand volatile, plonger mes mains dans le moelleux des plumes ce qui, imaginais-je, devait prémunir du vertige. Les joues bien rougies, bien fouettées par le vent j’allais de nuage en nuage, roitelet des prairies, canari des cascades, tourterelle des mers, et aucune pluie ne pouvait m’enrhumer.

*

Quelle est la loi de mes instants ? Où est le code qui nous légifèrerait, et il faudrait que ceci… et aussi que… et patata. Après tout, la petite goutte a de la valeur, donnée à tout le monde. Une brise peut suffire à renverser un mur, la souplesse s’adapte à l’ennui, l’enserre, l’excite.

*

Vous numéroterez, n’est-ce pas ? Vous n’oublierez pas de compter ? Et vous éteindrez en sortant.

*

Tandis que je pensais à toi, les trois aiguilles de ma montre, qui avaient dû comploter cela toute la nuit, décidèrent un mouvement de grève, spontanée, en vue d’obtenir des résultats qui m’échappent. Je comprendrai plus tard qu’elles m’en voulaient de les négliger.

*

C’était cela, mais j’ai la sensation que cela aurait pu être tout à fait autre chose, qu’il n’y a qu’à puiser dans un immense réservoir, qu’en réalité c’est incroyablement facile. Fi, donc, des grands moments de transpiration romantique ?

*

Il connaît à peine la géographie du monde ; peut certes placer des fleuves ici, là, sait quelques capitales de quelques pays dans quelques continents – mais quelle est cette montagne, et où voir la cuesta, et par quelle complexe touffe de dynamiques de peuplement en est-on arrivé à ce mitage urbain : n’en sait rien. Par quoi le monde lui est une grande chimère, aux mille mirages, et chaque voyage une cathédrale dont il ne peut nommer des murs aucun murmure, entendant pourtant les échos de pas de touristes, entre les vitraux.

*

Pas tombée sur mon bras nu, ni ma sacoche toute neuve à mes pieds, ni ma chaussure droite brossée (comme la gauche) ce matin même, ni sur mon polo bleu marine assez neuf que j’aime assez, ni sur ma tête, cette fiente : après-midi gagnée. 

*

Allons bon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.