Cycle des mémoires (II)

4

Tout semble s’écouler dans la profondeur du temps

Le son

Les points du

Maintenant

Se tiennent par phases

Unifiées et continues

Faire exister des surgissements prochains

Y aurait-il aussi continuité de divers points

Temporels dans la volumétrie d’une

Voix qui ne passe pas

Y aurait-il des tremblements de formes aveugles

Dans l’écoulement des passages

Des ressacs froids

Et des ancrages oubliés

De points en points

L’esquisse des lessives de passions

Creuses

De points en points

Comment penser

Cette continuité

Qui n’est pas – abstraction –

Cette continuité des veines

De points en toutes choses

De rétention en rétention

Comment penser ce flux

Ou cette valve

Ce pas – dans – le – temps –

A constituer même

Le temps

Ce mode implacable de

L’œil naissant dans la

Fosse musculaire des

Mutations

Comment cheminer

Dans ce qui retient

Le son

Passé

Comment cheminer

Si la rétention elle-même

Ne se contient

Plus

(…)

(Œuvre : J. Mehretu)

Saut né du domaine où il peut le parcourir infiniment

Cadre toujours plus près au lointain qu’il n’est jamais tenu

Dans son regard rien d’autre que ce point d’eau

Que cette odeur du vent parmi les cyprès verticale

Liane des mains architectes et des mots clandestins

Cette question qu’il soulève comment lui arracher le visage

Du cliché prendre la note celle qui soulève sans même savoir si

La noirceur vous va bien si elle a l’odeur fuyante des peaux de nuits

Le pavillon pâle du long rectangle noir la chair d’observation

Puisque tout a disparu sous les toiles battantes légères celle

Toujours lointaine la nuit avance qui nous devance à jamais trop

Il faut dire qu’avec la Bouche j’avais les mains dans l’encre noire

A dévaler griseries des doigts sur les graviers l’asphalte et sa saleté

La découverte d’une petite lumière qui a coupé ses accords de pente

Ouvre un horizon pour les méthodes obsolètes les valses dialectiques

Si entre deux notes je serai classé mauvais perdant le noir classé comme

Un son dans nos mains rien d’autres que ce qu’il en resta de confus

Semblable à tant de nuit de confession et de solitude construite

La crudité sous calque des boucles de lignes sinueuses et de buissons

Inextricables on ne sait pas comment se noue puis s’égare sous l’arche

(Œuvre : L Sachs, 2019)

                                                                              6

urgences pour trouver

une traduction complice,

un rêve, 

pas de mise en miroir s’

harmoniser plutôt, 

ou un réglage de , 

chaos,

une catastrophe

 , nous, en quelque sorte Désarmer,

démantèlent, retravaillons 

la musique,  un chœur,

autre monde ,  des

intervalles oniriques, 

est ce nuage sonore

ou gaz lacrymogène

notre propre parfum?

Monstruosités fleuries

 , dit-on,

Baudelaire, je suppose,

signifiant nous, et nous pleurons 

comme nous devrions

tous pleurer enfin

presque

(…)

(Œuvre : A. Lanskoy)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.