Vulnérables – Arts, lettres et sciences sociales : regards croisés sur la poésie contemporaine

Belle journée d’études introduite par Anne Gourio et Hélène Marche (une littéraire et une sociologue) de l’Université de Caen (références ici : http://ufrhss.unicaen.fr/recherche/mrsh/vss/6162). Difficile en une journée de faire le tour de la question mais ce n’était pas l’ambition des organisatrices ; plutôt celle de tester cette notion à partir d’expériences diverses en cherchant le continu des approches sans les river à des cadres disciplinaires étroits et en expérimentant quelques ponts des unes aux autres. Faisant référence aux travaux de Michel Naepels (http://cems.ehess.fr/index.php?4288) et donc à partir de l’anthropologie, elles interrogent la tension entre réparation et émancipation sensible dans les travaux littéraires ou sociologiques quant à la détresse, aux souffrances en situation de violence voire dans la vie-la mort de chacun.e. Je me contente de quelques prises de note et renvoie à des actes éventuels…

R. Herout et A. Gourio pendant l’exposé de celle-ci.
Photographie de Sanda Voïca

La journée aurait ainsi permis de mieux pluraliser l’approche de la notion dès qu’on observe la poésie à travers les figures du poète, la justesse ou non des gestes poétiques comme partage des sensibilités, les énonciations plurielles d’un je vacant, fragile, partageable et un langage altéré en prise forte avec des incorporations vives.

La dimension historique offerte par Cristina de Simone m’a paru très importante pour éviter les effets habituels de mode notionnelle d’autant qu’avec Antonin Artaud et Isidore Isou, la confrontation à des violences majeures ont engagé des expériences poétiques qui visaient à “se refaire un corps” – on peut penser évidemment à Ghérasim Luca et on n’oublie pas que Isou a fait sa thèse sur travaux avec Henri Meschonnic… De ce point de vue, les oeuvres de Gil Joseph Wolman, François Dufresne et Henri Chopin seraient non des sorties du langage mais des écoutes de tout ce qui fait langage hors des poncifs linguistiques et discursifs. Faut-il alors parler de “grammaire du sensible” ?

Hélène Marche s’y est essayé à partir d’expériences artistiques de (re)construction du corps à contre-intimité : Hervé Guibert, Bob Flanagan, Jo Spence et Hannah Rilke et surtout Francine Gagnon avec son “Vendredi sein” où elle expose le sein qui lui a été retiré. Une telle sur-exposition engage un réseau de relations que les pouvoirs (médicaux, idéologiques, religieux…) ignorent voire répriment. Une telle dynamique relationnelle fait expérience collective d’un intime refoulé généralement par le dualisme privé/public.

L’expérience poétique de Bernard Noël avec ses Extraits du corps montre combien “la tentation de l’impersonnel” évoquée par Raphaëlle Hérout construit une poétique de la voix dans et par le poème que Henri Meschonnic a fortement caractérisée: “l’écriture, si elle est l’aventure d’un sujet, est l’exposition maximale d’un sujet dans le langage. la plus grande vulnérabilité d’un sujet” (“Note sur l’éthique et l’écriture” dans Langage, histoire, une même théorie, Verdier, 2012, p. 551). Ce sujet étant le maximum de corps dans et par le langage, Meschonnic ajoute que “l’écriture ne produit pas l’éthique. Elle la montre” (Ibid, p. 552). Aussi, est-il nécessaire de concevoir dans le même mouvement une politique et une poétique de la vulnérabilité.

C’est exactement ce que cette journée a initié et qu’il nous faut poursuivre à partir de la belle formule de Georges Perros donnée par Anne Gourio : “J’habite mon ombre” (Ardoise magique). S’y entend un renversement de l’habituel “habiter le monde” vers un “dehors” qui ne serait pas l’opposé d’un dedans (dualisme réitéré) mais bien plutôt un envahissement dans et par le langage de tout l’inconnu qui nous porte à devenir des commencements de vivre, d’être. Henri Michaux également cité par Anne Gourio : “Je suis né troué” ! Ce trou de naissance, comme on dit, peut résonner jusqu’à des passages de voix continuées.

Hervé Martin et Julien Boutonnier, poètes, ont montré lors de la table ronde finale le combat du poème contre le mépris des discours de domination qui puisent dans les rhétoriques de l’euphémisation. Que le poème se loge dans la vulnérabilité et alors celle-ci fait la force dans le langage à contre rhétorique en évitant les dangers de la spectacularisation. Mélodie Etxeanda y a montré combien il y avait à chercher par l’expérience théâtrale partagée des gestes collectifs où peuvent se mouvoir non des maîtrises mais des essais de voix auparavant cachées, niées, racisées, stigmatisées. L’éthique du poème advient dans et par de tels essais – ce que sont les poèmes ou alors ils perdent leur vulnérabilité, celle de toute voix qui s’essaie pour devenir sujet par un autre sujet.

  • Programme :

10h. Accueil des participants

10h15. Introduction de la journée par Anne Gourio et Hélène Marche

  • Itinéraires, trajectoires, méthodes. Modératrice H. Marche

10h30. Cristina de Simone (LASLAR, Université Caen Normandie) : « Vulnérabilité et transformation dans la poésie-performance des années 1950-1970 »

11h. Hélène Marche (CERREV, Université Caen Normandie) : « Grammaires du sensible. La maladie grave à l’épreuve de la poésie et des arts visuels »

11h30. Raphaëlle Hérout (LASLAR, Université Caen Normandie) : « Le corps vulnérable de la langue »

Discussion

12h30. Repas

  • Mondes et dispositifs sensibles. Modératrice R. Hérout

14h. Sébastien Dubois (CSO, Ecole supérieure de commerce de Rouen) : « Carrières et réputations des poètes contemporains : gloire littéraire et marginalité sociale »

14h30. Anne Gourio (LASLAR, Université de Caen) : « Dehors : (in)habiter en poète aujourd’hui »

15h. Elodie Bouygues (ELLIADD, Université de Franche Comté) : « Le recueil de deuil contemporain : prémices d’une étude »

15h30. Catharine Mason (CRISCO, Université de Caen) : « Vulnérabilité des femmes dans le corpus de Victoria Howard, chinook clackamas »

Discussion

Pause

16h30-18h. Ecrire, vivre les vulnérabilités contemporaines. Table-ronde animée par A. Gourio et H. Marche avec Julien Boutonnier (poète), Hervé Martin (poète), Mélodie Etxeandia (dramathérapeute, metteure en scène)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.