Tous les articles par Serge Martin

A propos Serge Martin

Professeur émérite Université Sorbonne nouvelle Paris 3

Remplacer la phrase ?

Pour cette enquête, il s’agira de partir d’une remarque faite par Stéphane Mallarmé le 12 octobre 1894 dans une lettre à Charles-Louis Philippe : “Le conseil que je vous donnerais s’il ne fallait, quand on cherche, se garer de tout avis, c’est que vous poussiez en tous les sens votre étude actuelle du vers, elle vous mène en bonne voie, quant à ce qui est d’une langue poétique où ne reste de prose apparente seulement, le chant secret, lequel doit remplacer la phrase, se marquera mieux ou se dégagera, dans l’avenir.” (Correspondance 1854-1898, éd. de Bertrand Marchal, Paris, Gallimard, 2019, p. 1274 – nous avons souligné). Mallarmé y suggère donc la possibilité, voire la nécessité, de “remplacer la phrase” par ce qu’il nomme ici “le chant secret”.

Continuer la lecture de Remplacer la phrase ?

Résonance générale : un carnet de recherche vers une université inconnue

Le poème serait le test de nombreuses activités sociales et politiques dans les découpages traditionnels de la vie des femmes et des hommes d’aujourd’hui : littérature, sciences sociales et humaines, édition, enseignement, etc. Test non de vérité mais d’un dire vrai et donc d’une éthique par la poétique, laquelle permettrait que s’effectue en actes de langage ce que Roberto Bolaño appelait « la universidad desconocida » – titre d’un livre de poèmes non traduit en français publié en 2007. Le poème comme test, voilà l’université inconnue. Cela demanderait de tenir une orientation qui ne soit pas seulement poétologique sous peine de réitérer les cadres de la pensée discontinuiste, mais de considérer, dès que discours, ce que Charles Péguy nommait « sonorité générale » et Henri Meschonnic « rythme », comme autant de leviers critiques décisifs pour que les vocalités et les relations s’entendent (dans les deux sens du terme) dans des inventions expérientielles de communs pluriels et puissants, et d’anonymisations fortes, parce que le poème court les rues, bat la campagne et fend les flots, pour embarquer le beau titre de Raymond Queneau dans cette université inconnue que chercherait à devenir tout projet qui aurait pour test du faire par le dire, le poème.

Continuer la lecture de Résonance générale : un carnet de recherche vers une université inconnue