Archives de catégorie : Revue numérique

Ceci cela

Chercher, chercher, chercher, n’est pas forcément avoir peur.

*

Après des milliards et des milliards d’autres, nous faisons l’amour, et encore une fois nous parvenons à faire unique. Il suffit de laisser glisser la barque sur notre histoire, tresse de la tienne et de la mienne, de mordre nos vies.

*

Chute des cheveux, volcan du crâne ; le temps me coiffe.

Continuer la lecture de Ceci cela

Cycle des mémoires

1

Son oui se déplace à travers elle

balance, perd l’

équilibre, son livre

s’ouvre,

une dérive de pollen.

Son oui possède

au milieu de la crise,

un non, une séparation,

elle est et n’est pas

son instrument, sextant

ou luth, comme tout le monde,

libre de rester.

Réanimez le mot

mot pour moi,

afin que je puisse dire

combien

il est mot en sa confiance.

Il s’incline

et l’alphabet

plane,

séparation

dans la gloire au-

dessus de sa tête,

chaque lettre, à portée de main

(Oeuvre de J. Mehretu, 2018)

Continuer la lecture de Cycle des mémoires

Enseigner en saignant

« Mieux vaut une tête, qu’une tête »,

Montagne

− Bonjour les enfants, asseyez-vous où vous voulez comme toujours en toute liberté ! Ou restez debout !

− Salutations ! Plaisir de se retrouver !

− Aujourd’hui, les enfants, − figurez-vous −, aujourd’hui nous allons, et cela va être merveille, nous allons travailler une nouvelle compétence !

Continuer la lecture de Enseigner en saignant

Sur la table

JOURNALISTE POLITIQUE :

Bien, d’accord, mais alors vous, dans votre parti, qu’est-ce que vous proposez ? parce que quand même, c’est important de que… Qu’est-ce que vous proposez-vous ?

FEMME POLITIQUE :

Eh bien, nous, c’est très simple, très clair, c’est en toute transparence : nous, on sort cent milliards, et on les met sur la table.

Continuer la lecture de Sur la table

Le retour au royaume

            Midi, samedi, et nous sommes bien assez grands pour rentrer sans parents : Cédric, Nicolas, Nicolas, Christophe, Jérémy, Denis et moi. Nous franchissions la grille et agiles nous faufilions dans une forêt de jambes, au sommet desquelles se tenaient des discussions vraiment pas intéressantes, même pas audibles d’ailleurs. La rue Louise Michel, ses maisons, les voitures, le bruit, réapparaissaient. On tournait à droite, puis encore à droite, et c’était le premier faux plat, sur un trottoir suffisamment large pour qu’on s’y déploie côte à côte, virile muraille majestueuse, en conquête. Prétendre nous quereller ? déconseillé. A droite, c’est une longue grille à travers laquelle on voit encore la vaste cour de l’école, mélange de macadam et de gazon qui semble toucher l’horizon ; à gauche, de l’autre côté de la route, il y a la résidence des Cigognes, où aucun de nous n’habite, et laquelle partant ne méritait que notre indifférence, la plus hautaine.

Continuer la lecture de Le retour au royaume