Sur la table

JOURNALISTE POLITIQUE :

Bien, d’accord, mais alors vous, dans votre parti, qu’est-ce que vous proposez ? parce que quand même, c’est important de que… Qu’est-ce que vous proposez-vous ?

FEMME POLITIQUE :

Eh bien, nous, c’est très simple, très clair, c’est en toute transparence : nous, on sort cent milliards, et on les met sur la table.

Continuer la lecture de Sur la table

Les phrases les oiseaux

« Remplacer la phrase » avec un livre de Jacques Ancet ?

 

     Souci d’une certaine métrique venant comme hanter (ou faire discrètement chanter ?) la syntaxe (dans La Brûlure ou L’identité obscure par exemple), importance du chiffre dans de nombreux livres (singulièrement Huit fois le jour), titre éloquent (La dernière phrase), long roman-poème composé d’une « longue phrase, déroulée, se dépliant en souffle, en rythme »[1] pour Le silence des chiens[2]… tout indique chez Jacques Ancet un gout pour le travail de (et sur) la phrase – et tout prouve qu’il est, selon les mots de Mallarmé, « profondément et scrupuleusement syntaxier »[3]. Dans le récent et les oiseaux[4] toutefois, le mot lui-même – « phrase » – n’apparait pas (comme c’est le cas dans nombre d’autres textes, romans, essais ou poèmes) ; mais sans doute est-ce parce qu’il y aurait là quelque chose de pléonastique, voire de trop évidemment autoréférentiel. Car – posons d’emblée ceci – parlant d’oiseaux, l’auteur parle ici du poème, et « parlant avec le poème »[5], il parle « non mots mais phrases, poésie »[6]. Dit autrement : si la référence n’est pas directe (de même qu’il peut dire des oiseaux qu’« ils ne sont pas là, mais voilà qu’on les entend » [111]), cette absence/présence augmente la force de suggestion d’un propos que je voudrais reprendre et déployer ci-dessous : dans ce livre, les oiseaux sont des phrases (thèmes et motifs, symboles et figures tout à la fois), et réciproquement les phrases des oiseaux !

Continuer la lecture de Les phrases les oiseaux

Entretien d’Armand Dupuy avec Yann Miralles: l’aujourd’hui du poème

Je ne peux que conseiller d’aller lire cet entretien entre deux amis à partir du livre de Yann Miralles, Hui, qui vient de paraître aux éditions Unes. Ils y dialoguent autour du (re)commencement, du ressouvenir en avant, du demi-fond comme expérience plurielle et toujours continue du poème qui fait le présent d’une danse, d’une énergie vocale qui résonne de forces (souvenances et utopies) jusqu’à faire l’aujourd’hui du dire comme du vivre, de l’un par l’autre.

Continuer la lecture de Entretien d’Armand Dupuy avec Yann Miralles: l’aujourd’hui du poème

Le retour au royaume

            Midi, samedi, et nous sommes bien assez grands pour rentrer sans parents : Cédric, Nicolas, Nicolas, Christophe, Jérémy, Denis et moi. Nous franchissions la grille et agiles nous faufilions dans une forêt de jambes, au sommet desquelles se tenaient des discussions vraiment pas intéressantes, même pas audibles d’ailleurs. La rue Louise Michel, ses maisons, les voitures, le bruit, réapparaissaient. On tournait à droite, puis encore à droite, et c’était le premier faux plat, sur un trottoir suffisamment large pour qu’on s’y déploie côte à côte, virile muraille majestueuse, en conquête. Prétendre nous quereller ? déconseillé. A droite, c’est une longue grille à travers laquelle on voit encore la vaste cour de l’école, mélange de macadam et de gazon qui semble toucher l’horizon ; à gauche, de l’autre côté de la route, il y a la résidence des Cigognes, où aucun de nous n’habite, et laquelle partant ne méritait que notre indifférence, la plus hautaine.

Continuer la lecture de Le retour au royaume

Vulnérables – Arts, lettres et sciences sociales : regards croisés sur la poésie contemporaine

Belle journée d’études introduite par Anne Gourio et Hélène Marche (une littéraire et une sociologue) de l’Université de Caen (références ici : http://ufrhss.unicaen.fr/recherche/mrsh/vss/6162). Difficile en une journée de faire le tour de la question mais ce n’était pas l’ambition des organisatrices ; plutôt celle de tester cette notion à partir d’expériences diverses en cherchant le continu des approches sans les river à des cadres disciplinaires étroits et en expérimentant quelques ponts des unes aux autres. Faisant référence aux travaux de Michel Naepels (http://cems.ehess.fr/index.php?4288) et donc à partir de l’anthropologie, elles interrogent la tension entre réparation et émancipation sensible dans les travaux littéraires ou sociologiques quant à la détresse, aux souffrances en situation de violence voire dans la vie-la mort de chacun.e. Je me contente de quelques prises de note et renvoie à des actes éventuels…

R. Herout et A. Gourio pendant l’exposé de celle-ci.
Photographie de Sanda Voïca
Lire la suite