Archives par mot-clé : voix

Les phrases les oiseaux

« Remplacer la phrase » avec un livre de Jacques Ancet ?

 

     Souci d’une certaine métrique venant comme hanter (ou faire discrètement chanter ?) la syntaxe (dans La Brûlure ou L’identité obscure par exemple), importance du chiffre dans de nombreux livres (singulièrement Huit fois le jour), titre éloquent (La dernière phrase), long roman-poème composé d’une « longue phrase, déroulée, se dépliant en souffle, en rythme »[1] pour Le silence des chiens[2]… tout indique chez Jacques Ancet un gout pour le travail de (et sur) la phrase – et tout prouve qu’il est, selon les mots de Mallarmé, « profondément et scrupuleusement syntaxier »[3]. Dans le récent et les oiseaux[4] toutefois, le mot lui-même – « phrase » – n’apparait pas (comme c’est le cas dans nombre d’autres textes, romans, essais ou poèmes) ; mais sans doute est-ce parce qu’il y aurait là quelque chose de pléonastique, voire de trop évidemment autoréférentiel. Car – posons d’emblée ceci – parlant d’oiseaux, l’auteur parle ici du poème, et « parlant avec le poème »[5], il parle « non mots mais phrases, poésie »[6]. Dit autrement : si la référence n’est pas directe (de même qu’il peut dire des oiseaux qu’« ils ne sont pas là, mais voilà qu’on les entend » [111]), cette absence/présence augmente la force de suggestion d’un propos que je voudrais reprendre et déployer ci-dessous : dans ce livre, les oiseaux sont des phrases (thèmes et motifs, symboles et figures tout à la fois), et réciproquement les phrases des oiseaux !

Continuer la lecture de Les phrases les oiseaux

Incorporer les voix : Frank Smith et l’engagement au présent de l’anonyme

Communication donnée le 7 juin 2019, lors de la journée d’étude à Paris 3 Sorbonne autour du livre de Serge Martin, L’Impératif de la voix, de Paul Eluard à Jacques Ancet, Garnier, 2019.

Continuer la lecture de Incorporer les voix : Frank Smith et l’engagement au présent de l’anonyme

L’impératif de la voix pour l’enseignement et la recherche littéraires

Un entretien de Philippe Païni avec Serge Martin

Avec L’impératif de la voix, de Paul Eluard à Jacques Ancet, Serge Martin poursuit une recherche dont nous rappellerons deux jalons récents : Ghérasim Luca, une voix inflammable, paru chez Tarabuste en 2018, Voix et relation, Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache, paru aux éditions Marie Delarbre en 2017. Si l’aventure se veut « une poétique en actes, en actes de lecture comme autant d’inventions d’écoute, comme autant de voix continuées », elle passe toujours, aussi, par une mise à l’épreuve de la théorie qu’elle provoque, en « lecture qui cherche l’historicité de sa situation, l’historicité d’une voix résonante. » Henri Michaux proposait ceci : « Ce n’est pas dans la glace qu’il faut se considérer. Hommes, regardez- vous dans le papier. » Ecrire et lire, pareillement, nous inventent. C’est ainsi que l’on pourrait dire de Serge Martin ce que lui-même dit de la narratrice du roman d’Henry Bauchau L’Enfant bleu : écrivant ses lectures, il est « engagé vers le poème de sa vie ou pour une vie à hauteur de poème, à hauteur de langage. » 

Continuer la lecture de L’impératif de la voix pour l’enseignement et la recherche littéraires