Entretien d’Armand Dupuy avec Yann Miralles: l’aujourd’hui du poème

Je ne peux que conseiller d’aller lire cet entretien entre deux amis à partir du livre de Yann Miralles, Hui, qui vient de paraître aux éditions Unes. Ils y dialoguent autour du (re)commencement, du ressouvenir en avant, du demi-fond comme expérience plurielle et toujours continue du poème qui fait le présent d’une danse, d’une énergie vocale qui résonne de forces (souvenances et utopies) jusqu’à faire l’aujourd’hui du dire comme du vivre, de l’un par l’autre.

Continuer la lecture de Entretien d’Armand Dupuy avec Yann Miralles: l’aujourd’hui du poème

Le retour au royaume

            Midi, samedi, et nous sommes bien assez grands pour rentrer sans parents : Cédric, Nicolas, Nicolas, Christophe, Jérémy, Denis et moi. Nous franchissions la grille et agiles nous faufilions dans une forêt de jambes, au sommet desquelles se tenaient des discussions vraiment pas intéressantes, même pas audibles d’ailleurs. La rue Louise Michel, ses maisons, les voitures, le bruit, réapparaissaient. On tournait à droite, puis encore à droite, et c’était le premier faux plat, sur un trottoir suffisamment large pour qu’on s’y déploie côte à côte, virile muraille majestueuse, en conquête. Prétendre nous quereller ? déconseillé. A droite, c’est une longue grille à travers laquelle on voit encore la vaste cour de l’école, mélange de macadam et de gazon qui semble toucher l’horizon ; à gauche, de l’autre côté de la route, il y a la résidence des Cigognes, où aucun de nous n’habite, et laquelle partant ne méritait que notre indifférence, la plus hautaine.

Continuer la lecture de Le retour au royaume

Vulnérables – Arts, lettres et sciences sociales : regards croisés sur la poésie contemporaine

Belle journée d’études introduite par Anne Gourio et Hélène Marche (une littéraire et une sociologue) de l’Université de Caen (références ici : http://ufrhss.unicaen.fr/recherche/mrsh/vss/6162). Difficile en une journée de faire le tour de la question mais ce n’était pas l’ambition des organisatrices ; plutôt celle de tester cette notion à partir d’expériences diverses en cherchant le continu des approches sans les river à des cadres disciplinaires étroits et en expérimentant quelques ponts des unes aux autres. Faisant référence aux travaux de Michel Naepels (http://cems.ehess.fr/index.php?4288) et donc à partir de l’anthropologie, elles interrogent la tension entre réparation et émancipation sensible dans les travaux littéraires ou sociologiques quant à la détresse, aux souffrances en situation de violence voire dans la vie-la mort de chacun.e. Je me contente de quelques prises de note et renvoie à des actes éventuels…

R. Herout et A. Gourio pendant l’exposé de celle-ci.
Photographie de Sanda Voïca
Lire la suite

Hans Lösener (Heidelberg) : vers la lecture-écoute

Très heureux de dialoguer avec Hans Lösener, Professeur à la Pädagogische Hochschule et à l’Institut für Deutsche Sprache und Literatur d’Heidelberg et spécialiste en didactique de la littérature. Il oeuvre à transformer l’enseignement pour et par tous. Il a écrit une thèse sur le rythme dans le discours et plusieurs ouvrages faisant une place décisive à la “lecture-écoute”. Voir sa bibliographie ici: http://loesener.de/?page_id=33 et il anime un site autour de la théorie du langage : http://sprachtheorie.de. Un grand merci à lui pour sa disponibilité et la qualité de ses réponses à mes questions. De belles pistes de recherche commune se dessinent au cours de l’entretien et j’espère bien qu’il se renouvellera. S. M.

Continuer la lecture de Hans Lösener (Heidelberg) : vers la lecture-écoute

Incorporer les voix : Frank Smith et l’engagement au présent de l’anonyme

Communication donnée le 7 juin 2019, lors de la journée d’étude à Paris 3 Sorbonne autour du livre de Serge Martin, L’Impératif de la voix, de Paul Eluard à Jacques Ancet, Garnier, 2019.

Continuer la lecture de Incorporer les voix : Frank Smith et l’engagement au présent de l’anonyme

L’impératif de la voix pour l’enseignement et la recherche littéraires

Un entretien de Philippe Païni avec Serge Martin

Avec L’impératif de la voix, de Paul Eluard à Jacques Ancet, Serge Martin poursuit une recherche dont nous rappellerons deux jalons récents : Ghérasim Luca, une voix inflammable, paru chez Tarabuste en 2018, Voix et relation, Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache, paru aux éditions Marie Delarbre en 2017. Si l’aventure se veut « une poétique en actes, en actes de lecture comme autant d’inventions d’écoute, comme autant de voix continuées », elle passe toujours, aussi, par une mise à l’épreuve de la théorie qu’elle provoque, en « lecture qui cherche l’historicité de sa situation, l’historicité d’une voix résonante. » Henri Michaux proposait ceci : « Ce n’est pas dans la glace qu’il faut se considérer. Hommes, regardez- vous dans le papier. » Ecrire et lire, pareillement, nous inventent. C’est ainsi que l’on pourrait dire de Serge Martin ce que lui-même dit de la narratrice du roman d’Henry Bauchau L’Enfant bleu : écrivant ses lectures, il est « engagé vers le poème de sa vie ou pour une vie à hauteur de poème, à hauteur de langage. » 

Continuer la lecture de L’impératif de la voix pour l’enseignement et la recherche littéraires