Phrase/phrasé : le continu Dotremont par les points de voix

Penser le continu dans et par la recherche 

Masquer/montrer le conflit entre les catégories de langue et les catégories de l’expérience du dire ? Un exemple avec la notion de point de voix dans l’œuvre de Christian Dotremont

  1. Commencer par Mallarmé

Stéphane Mallarmé le 12 octobre 1894 dans une lettre à Charles-Louis Philippe : « Le conseil que je vous donnerais s’il ne fallait, quand on cherche, se garer de tout avis, c’est que vous poussiez en tous les sens votre étude actuelle du vers, elle vous mène en bonne voie, quant à ce qui est d’une langue poétique où ne reste de prose apparente seulement, le chant secret, lequel doit remplacer la phrase, se marquera mieux ou se dégagera, dans l’avenir. » (Correspondance 1854-1898, éd. Bertrand Marchal, Paris, Gallimard, 2019, p. 1274 – nous avons souligné). Voir https://uip.hypotheses.org/70.

Continuer la lecture de Phrase/phrasé : le continu Dotremont par les points de voix

Depuis le commencement

En redevant sauvages et féroces, dessin, 2016

« Nul homme n’est une île, un tout en soi ; chaque homme est partie du continent, partie du large ; si cette parcelle de terre est emportée par les flots, pour l’Europe, c’est une perte égale à celle d’un promontoire, autant qu’à celle d’un manoir de tes amis ou du tien. La mort de tout homme me diminue parce que je suis membre du genre humain. Aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi.  » Devotions upon Emergent occasions, John Donne 1624

Ceci cela (2)

REVERDY

      PORCELAINIER

La colline aux sept pignons lourds

Entraîne un pas rythmé par l’ardeur des serments

La fugitive entorse à l’éclipse des jours

Décime l’hébétude avide du printemps

La voix colle aux carreaux

La charnière oppressante

À l’instinct du plaisir

Étreint mon cœur éteint

Par l’écume haletante

Sans yeux sans pieds sans mains

L’arbre rampe vers la clairière

Des racines en cristal reflètent l’éclat du vin

Le désespoir tire son chapeau

Aux plumes de tes tempes

Au coude de ta pâleur

Le chemin s’empoussière

De cris nus millénaires

Continuer la lecture de Ceci cela (2)

Une chiennerie

« Le chien est soudain là, comme une idée qui vous traverse l’esprit. »

R. M. Rilke, Une rencontre

Derrière les grilles, elle tourne en rond, rond, rond, depuis des jours, ou des semaines, ou des mois ?

Des hommes, des femmes passent, passent, passent, repassent, devant elle. Elle aboie, elle crie, à chaque fois, et à chaque fois ils, elles, lui jettent un œil, continuent, sortent du cadre. Elle les sent encore, quelques minutes. Elle a appris à les reconnaître à l’odeur d’ailleurs, maintenant elle sent ceux qui arrivent.

Elle aboie, aboie, aboie.

Continuer la lecture de Une chiennerie