Remplacer la phrase ?

Pour cette enquête, il s’agira de partir d’une remarque faite par Stéphane Mallarmé le 12 octobre 1894 dans une lettre à Charles-Louis Philippe : “Le conseil que je vous donnerais s’il ne fallait, quand on cherche, se garer de tout avis, c’est que vous poussiez en tous les sens votre étude actuelle du vers, elle vous mène en bonne voie, quant à ce qui est d’une langue poétique où ne reste de prose apparente seulement, le chant secret, lequel doit remplacer la phrase, se marquera mieux ou se dégagera, dans l’avenir.” (Correspondance 1854-1898, éd. de Bertrand Marchal, Paris, Gallimard, 2019, p. 1274 – nous avons souligné). Mallarmé y suggère donc la possibilité, voire la nécessité, de “remplacer la phrase” par ce qu’il nomme ici “le chant secret”.

Cette première enquête cherchera à expliciter cette suggestion voire à la discuter à partir d’observations précises sur des corpus (essais et écrits littéraires ou autres ; situations de lecture-écriture ou autres) où les expériences pourraient préciser en quoi consisterait ou pas ce remplacement (avec ses “marques”, son “dégagement”…). Il semble nécessaire d’y associer, et d’en discuter, les notions congruentes qu’emploie Mallarmé lui-même (“prose”, “chant”, “vers”, “langue poétique”), voire d’autres certainement nécessaires (“phrasé”, “rythme”, etc.). Les contributions à cette enquête peuvent être très diverses, courtes ou longues, suggestives ou analytiques, etc. Elles peuvent aussi relancer et donc discuter des contributions antérieures, se limiter parfois à des commentaires aux contributions antérieures. Tout l’intérêt de l’enquête sera peut-être de déplacer la question initiale : peut-on, doit-on, etc., “remplacer la phrase” ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.