Charogne

Elle charrue un taureau

sur ma poitrine osseuse

après y avoir aspergé

l’insecticide des rêves.

La nuit, elle m’adore,

le jour, elle me quitte

comme une abeille trompeuse

vers les figuiers bestiaux.   

Les sloughis dorment

sur la lune savanienne

quand Elle s’infiltre

au cimetière des oiseaux

pour faire des cris,

et des chants

à la gloire des becs cassés.

J’ouvre les yeux,

elle s’assied sur mes cils

pour boire un verre de regards

suspendus sur le mûrier stérile

dans un jour apatride.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.