Délégitimation

Sur les veuves palissades,

s’est posé un oiseau

pour restaurer le temps,

et bronzer son plumage souriant.

Je me suis approché de lui,

je l’ai regardé

avec des yeux sépulcraux,

je me suis fait renégat de la foi aviaire.

Qu’il s’inquiète ou pas

de l’abandon de ses parents,

et de la guerre des lys blancs

quand la rancune envieillir les jeunes fronts.

Je l’ai capté au milieu de la verdure,

et dans les catacombes,

je l’ai ligoté au mur,

j’ai souri comme un mafieux,

ses regards m’ont lancé des brûlures,

et ses cris ont tenté de transgresser mon âme dure.

D’éruption, j’ai arraché ses griffes,

cassé son bec,

et avec mon riflard,

j’ai fauché ses ailes,

je les ai tâtonnées avec famine, 

puis, je les ai déposées sur mon dos.

Reniant la terre,

muni de liberté,

l’oiseau s’est évanoui

quand j’ai palpité des ailes,

moi, le nouveau propriétaire de l’insaisissable lumière.

GASSARA Mohamed


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.