Triptyque pour un deux mai

Mais tiens

voici le jo

li toi de mai

met

tons les voiles

dans les pétales

du blanc pommier

gonflé de beauté

le vent des an

nées couche douce

ment l’herbe

vie de prairies

et pousse

l’idée cerise

du petit pleur

eur dans la

clair

ière de ton rire aujourd’hui

*

Velours de louve

veloutée :

proche du velouté

velours de ma louve

je me

lu

panar

ise haut

de gamme car à

Rome on fait comme

les mains dans l’ar

ôme : cor

nu

copia de tes rond

eurs de tes rom

ans décor

setés

*

La liste des cadeaux risque d’être infinie

parce que de ta vie murmure d’un cours d’eau

le songe inaccompli ; et il est juste aussi

que j’aime à te combler parce que c’est ainsi

ainsi que va ma vie depuis qu’on s’enlaça

une nuit de janvier ─ libérée des fardeaux

des fâcheux des remords des fais-donc-ça-comm’-ça

─ quand la neige possible imprima tous nos pas

veux-tu des fleurs ? des fruits ? un arbre imprévisible ?

une lampe à frotter ? des contes invisibles ?

des bottines ailées à dépasser les modes ?

veux-tu des robes de parfums inaccessibles ?

un livre où chaque phrase informerait une ode ?

un geste de ta main me montrera la cible


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.