Le gouvernement du porte-parole

Gaspard Attend s’avance. Il est nettement frémissant.

Il s’installe face au micro, le baisse pour le mettre devant sa bouche qu’il vient de débâillonner.

Puis il l’ouvre :

« Mesdames et Messieurs,

si on m’a demandé en urgence il y a quelques minutes de reporter mon petit dodo de l’après-midi, et par conséquent, et plus gravement, de me mettre à mes devoirs plus tard, avec le risque non seulement d’avoir moins de temps pour préparer la composition de rhétorique qui est prévue en classe demain matin au lycée du Grand Siècle, mais aussi d’être contraint d’annuler pour cette semaine mon cours de tennis du mercredi 17 heures, c’est que, – et vous le savez bien, loin de moi, loin de nous la volonté de vous prendre pour des débiles – et on m’a bien dit d’insister là-dessus – – , l’heure est grave.

Franchement, on ne contrôle plus rien.

Néanmoins, et pour autant, mes chers concitoyens mes chères concitoyennes – pardon : mes chères concitoyennes mes chers concitoyens –, on m’a bien dit de vous dire qu’il n’y a pas de lieu pour paniquer. Vraiment.

Et là-dessus, on va se la jouer en toute clarté, ainsi que toujours. Comme l’a souligné hier avant de le refaire demain Monsieur le Premier Minustre – … Ministre ! –, Jo Castoixe, les analyses de l’Observatoire de l’Agence du Grand Conseil Alchimique du Comité de Salut Hygiénique sont formelles : la baisse de l’augmentation augmente. Autrement dit, la diminution de l’augmentation de la baisse est repartie à la hausse (comme en quarante, en vérité je vous le dis), ce qui fait que, forcément, et d’après les remontées (dont nous disposons) des chutes de diminution de la hausse, l’augmentation de la baisse est en baisse d’augmentation. Si vous êtes vifs, vous pourrez le constater sur le gribouillis de courbes arc-en-ciel qui va apparaître trois secondes à l’écran. Et… voilà, c’est bon.

Alors évidemment, qu’est-ce que ça veut dire ? ça veut dire, vous l’aurez bien compris, mesdames mesdemoiselles messieurs mes enfants mes minorités visibles diversement variées et les autres, ça veut dire que bien qu’il faille se garder de tout optimisme excessif qui serait malvenu, on peut se permettre de ne pas tomber dans un pessimisme noir, enfin pardon : sombre (métaphoriquement évidemment), pessimisme non lumineux qui ne ferait pas les affaires de notre incroyable lien social assurant la cohésion nationale de notre bon vieux vivrensemble qui nous est si cher, comme le prouvent notamment toutes ces aides sociales qu’on est bien obligé de balancer, sans arrière-pensée aucune de notre part gouvernementale ni nous départir de notre sourire sincère, sur toute cette grosse masse de pauvres qui, même s’ils freinent lourdement et durablement, avec leur pouvoir d’achat qui franchement fait pitié, la décroissance de la baisse de la croissance vers un Produit Intérieur Brutal citius altius fortius comme on l’aime, comme on « quiffe », même, diraient nos chers jeunes de France, ces pauvres, donc, dis-je, qui nous soucient beaucoup parce qu’ils sont fragiles, oui voilà c’est le mot.

 Il y a eu des erreurs, c’est vrai. Nous serions bien sots, et puis on vous déplairait, si nous étions incapables de reconnaître les erreurs. Les nôtres, mais aussi celles des autres. Mais qui n’en fait pas. Hein ?! Soyons sérieux, et puis c’est ce que les Français, c’est ce que VOUS, attendez, de NOUS : du sérieux. Donc il y a eu des erreurs, c’est vrai, mais, tenez-vous bien, c’est justement une chance, pour vous, pour nous, pour la Nation, car c’est en faisant des erreurs qu’on apprend. Quand on tombe, eh bien après on peut se relever. Et ce-qui-nous-tue-pas-nous-rend-plus-forts, comme l’a dit, si justement, un de nos amis allemands. Donc de ces erreurs, qui sont une chance, nous savons tirer les leçons, pour mieux remettre ça. Quelles sont les leçons à tirer ? Eh bien c’est très clair :

D’autre part, si, droit dans mes bottes, la conscience tranquille, et les fesses ultraserrées, je m’adresse à vous aujourd’hui, c’est aussi pour, et là-dessus le Président de la République a été très ferme et très clair et plein d’intransigeance tout en restant tendre et bienveillant comme on l’aime quand, afin d’être bien certain que j’allais vous rapporter fidèlement le fond de sa pensée il m’a appelé tout à l’heure, puisqu’il a mon numéro de portable et que j’ai le sien, c’est pour vous présenter le plus tranquillement et sereinement possible la stratégie mûrement réfléchie par toute cette équipe brillante, dont je suis, et que VOUS avez élue, avec une massivité relative, stratégie visant à nous sortir de là la tête haute et les pieds pas devant.

Cette stratégie, dans notre logiciel pragmatique, va se décliner autour de trois axes forts :

Premièrement, nous avons, et ce sur la base évidemment des avis éclairés de tout un tas de grosses têtes du monde médicalo-scientifique, nous avons divisé l’âge en tranches, obtenant ainsi des tranches d’âge, en un certain nombre. A partir de là, et chaque tranche d’âge une fois finement délimitée, nous allons les tartiner de vaccins. Et ça, vous tous qui m’écoutez au moment où je vous parle, vous savez bien que c’est la SEULE SOLUTION POUR S’EN SORTIR, et retrouver cette mondialisation normale qui nous manque tant, et où la France a un rôle si important à jouer, c’est son histoire, c’est son destin, c’est ce qui nous cimente.

Deuxièmement, et en attendant que tout le monde soit sagement allé se faire piquer par un professionnel ou voire le premier venu, et ça va prendre du temps, car même si on n’est pas des Chinois on est quand même nombreux vous le savez bien, et notamment les fragiles, qui sont, sinon trop, du moins très, nombreux, et donc à l’impossible nul n’est retenu, en attendant, on va distribuer, en veux-tu en voilà, et en réquisitionnant des canadairs s’il le faut, le Président a été très clair là-dessus, des tototests. Donc, attendez-vous prochainement à voir débarquer de tous les coins des tototests : tototests dans les usines, tototests dans les entreprises, tototests dans les écoles, tototests par la porte et si besoin tototests par les fenêtres. C’est vraiment le bon geste de la semaine, je n’insisterai jamais assez là-dessus cette semaine : tototestez-vous, tototestons-nous, sans tabou. Mais là, je le sais, nous le savons, certains d’entre vous s’inquiètent, et c’est bien normal : comment se tototester, comment me tototesté-je ? Est-ce difficile ? Est-ce douloureux ? Se poser des questions, c’est bien naturel. Alors comme on a prévu ce questionnement bien naturel, on a prévu des tutoriels, des tutos, hein, qui vont déferler sur vos appareils connectés d’ici le mois prochain, notamment via l’application, dont le succès grandissant est phénoménal, touscontrelacovidcaronvapascrevercommeçaetaprèstoutonenavudautrescestquandmemepas14-18 (téléchargeable, vous le savez désormais, sur sauvequipeut@gouv-ardetpecuchet.fr). D’un clic (si je puis dire, car caresser un écran ça ne fait plus de bruit, hé hé, c’est moderne) sur votre appli, vous aurez donc prochainement la possibilité de consulter le tuto à tototest. D’ailleurs Monsieur le Ministre de la Bonne Santé a prévu de faire une démonstration après-demain devant les caméras, et vous savez comme Monsieur Verabien est à l’aise devant les caméras, il les adore et elles le lui rendent bien.

Quatrièmement, et pour finir, pour toutes celles et ceux d’entre vous qui auraient l’impression, bien légitime, de décarocher sévère en cette période de crise, et il n’y a aucune honte à cela, moi-même pour tout vous dire de dimanche à lundi j’ai très mal dormi, et dieu sait pourtant que je suis d’une vitalité folle, presque autant que Monsieur le Président, eh bien je rappelle, mais ça c’est pas nouveau et ça a fait ses preuves, que le gouvernement a mis en place depuis dix-sept mois un numéro vert pomme, qui vous permet, trois jours sur sept et deux heures trente sur vingt-quatre, de dire quelque chose à quelqu’un. Ce numéro, c’est le 0800 0900 23024 24 500 6000 3.14 – je crois qu’il s’affiche normalement en bas à droite de votre écran, c’est-à-dire à ma gauche, je le précise car on sait bien que parmi vous y’en a un paquet qui sont pas des flèches, ceci dit en toute tranquillité de ma part, et avec ma meilleure conviction forte.

Voilà. J’en ai terminé pour ce bilan, qui me, qui nous, tenait à cœur, et qui doit nous permettre de tracer au milieu de ce grand merdier un chemin d’espoir sur lequel marcher proactivement, même si c’est parfois à reculons ou un peu en crabe, et je me tiens à votre disposition pour les traditionnelles questions d’usage habituel. »

Avec une discrétion d’une habileté telle que tous les esprits s’en trouvent frappés, Gaspard Attend recule, et s’efface derrière un rideau aux couleurs de l’Europe. A présent, la scène est vide.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.