Et vous, comment vivrez-vous ?, ou le nouveau Miyazaki

Le Garçon et le héron de Hayao Miyazaki

La mort, la disparition, l’absence, la solitude, la souffrance, la peur, la vieillesse, tout événement, tout bouleversement au sens large, extérieur ou intérieur, lent ou brutal, spectaculaire ou imperceptible, visible ou non, dicible ou indicible : voilà les thèmes centraux du film de Miyazaki. Centraux mais pas principaux. Car le thème principal de ce film c’est la vie.

La mort fait partie de la vie, mais la vie ne fait pas partie de la mort. Encore que, chez Miyazaki peut-être que si.

Car le film de Miyazaki à travers ses personnages d’abord, ses décors, sa structure, sa temporalité, ses espaces redonne du mouvement, du souffle. Le réalisateur rend hommage à son art, au pouvoir de son imagination, à la force de son dessin, à la puissance de l’animation.

Parce qu’imaginer, animer, c’est résister, c’est combattre : c’est vivre.

Qu’on me donne un crayon !

Tout change d’apparence, tout se transforme, tout bouge, tout tremble.

Mahito, jeune garçon orphelin de mère, est en perpétuel mouvement : il monte des escaliers, il les descend, il longe des couloirs, il court, il fuit, il se faufile, il ouvre des fenêtres, des portes, il les referme, il chute, il se lève, il découpe, il fabrique, il navigue, il traverse et retraverse. Ses gestes, ses actions font le lien entre les espaces, les temps, les êtres. Mahito est le lien, la ligne, le trait, allégorie du mouvement comme le suggère aussi sa flèche, et incarnation du crayon, du dessin, d’une animation mise au service de l’imagination et des métamorphoses qu’elle permet : du solide au liquide, de la douceur à la dureté, du lourd au léger, de la terre à l’eau, du feu à l’air, de la destruction à la création, de la mort à la vie, de la vieillesse à la jeunesse, du rejet à l’acceptation, de la détestation à l’affection, de la guerre à la paix, de la mère à la belle-mère.

Et le film se clôt sur une porte que l’on va refermer, un départ encore, un mouvement toujours, et l’on sait que si le film se termine, la vie, elle, continue.



Citer ce billet
Virginie Lefranc (2023, 2 novembre). Et vous, comment vivrez-vous ?, ou le nouveau Miyazaki. Résonance générale. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uy8z

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.